• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Hommage à Lucien Degras

Lucien Degras est parti le samedi 2 décembre 2017. Il a occupé pendant de nombreuses années des fonctions importantes au sein de l'Inra Antilles-Guyane et cela depuis la création du centre. Comme il le disait lui-même, « mon parcours aura été fortement marqué par l’Inra, bien que pas seulement, fort heureusement ».

Photo de Lucien Degras
Mis à jour le 16/01/2018
Publié le 03/01/2018

Lucien Degras appartenait à une famille héritière d’un passé agricole. C’est en effet, assez significatif que le nom Degras, qui provient du vieux créole où il se dit Dégras, signifie « défrichement pour la préparation des jardins traditionnels ». Il était sans doute prédestiné à ce parcours dans le domaine agronomique.

Étant jeune, bien qu’attiré par la philosophie et la littérature, il a mené des études scientifiques. Après une licence en sciences naturelles obtenue à Montpellier, il devient ingénieur-élève de l’École Supérieure d’Application d’Agriculture Tropicale en 1948, à Paris, pour la première année de génétique végétale de l’ORSTOM. Il y suit une formation agronomique, et apprend aussi l’agriculture tropicale.

Après 5 années passées en Guinée, à travailler sur l’amélioration de la technique de production du riz en culture inondée, il ira en Côte D’Ivoire à l’IRAT (devenu Cirad) en tant que chef du laboratoire de génétique de la station des plantes alimentaires. C’est là qu'il découvre l’igname, en tant que plante tropicale majeure, à laquelle il restera plus qu’attaché une fois revenu aux Antilles.

C’est en 1964, que Lucien Degras arrive sur le Centre des Antilles, après avoir passé 6 années à l’Inra de Versailles en tant que responsable de la sélection de l’avoine en France. Il s’investit complétement dans ce rôle dévolu à l’Inra de développement de la culture, d’une façon générale et, plus particulièrement, de la culture scientifique, aux Antilles-Guyane. C’est ainsi, qu’outre son travail à l’Inra, il a fait longtemps partie du conseil d’administration et du conseil scientifique de l’université, et a été associé à plusieurs de ses activités, en particulier le diplôme de Développement Agricole Caraïbe et le centre d’études et de recherches caribéennes.

En 1967, il devient l’administrateur du Centre Antilles-Guyane. Il sera aussi pendant 17 ans directeur de la station d’amélioration des plantes. Son parcours à l’Inra est marqué principalement par les plantes vivrières, surtout l’igname, au point d’être parfois appelé “Monsieur Igname”. Il prendra sa retraite, en 1994.

Travaillant sur l’igname, avec cette plante qui lui avait paru très originale sur le plan biologique, Lucien souhaitait permettre une avancée dans la connaissance scientifique et agronomique, tout en épousant une valeur socio-culturelle.

Mais il a aussi beaucoup travaillé et écrit sur Le Jardin Créole, une autre valeur socio-culturelle à ses yeux.

Son engagement pour la transmission du savoir a fait de lui, le principal fondateur en 1991 du centre de culture scientifique, technique et industrielle de la Guadeloupe, Archipel des Sciences. Cette association lui a permis de travailler en animation culturelle aussi bien avec des enfants de maternelle qu’avec des enseignants, et le grand public.
Tout au long de son parcours, il a ardemment souhaité, faire bénéficier au plus grand nombre, des acquis engrangés au cours de sa vie, afin de redistribuer et entraîner des réactions, comme il se plaisait à le dire « En chaîne... ».

Archorales - Lucien Degras